6 juillet Cour intérieure Château

19h45 Jeunes talents Maë

 Groupe

Je m’appelle Mae Defays, j’ai 20 ans, et je suis étudiante au conservatoire de jazz. J’ai appris la guitare en autodidacte, j’ai aussi fait du piano au conservatoire. Je compose des morceaux dans le genre soul, bossa, funk avec ou sans l’aide de mon groupe. Ce dernier existe depuis un an environ, et compte de bombreux  concerts à son actif. Le groupe est composé d’un guitariste Théodore Saulnier, d’un bassiste Louis Haynes, d’un pianiste Joël Monteiro, d’un batteur Gustave Gyrst et d’une choriste Julie Vizy. Je joue un peu de guitare sur certains morceaux aussi. Mes inspirations viennent surtout de la new soul,  un genre qui a été beaucoup popularisé par Erykah Badu, D’Angelo, Gil Scott, ainsi que Lauryn Hill, des chanteurs comme cela. Cela veut dire que je suis influencée par la soul des années 60, en tout cas par ceux qui ont influencé ces artistes-là, Aretha Flanklin, Donny Hathaway, ou encore Marvin Gaye. Mon style puise son influence de la Bossa, du jazz classique ou moderne, comme la chanteuse et contrebassiste Esperanza Spalding, et le pianiste Robert Glasper, qui mélange aussi bien le R&B et le jazz. Tout cela, fait partie de mon univers musical.

21h30 Amapola Quartet y Maria Dolores

IMG 1099 2

Si l'amour savait parler, sa langue serait celle du tango. Les instruments de l'Amapola Quartet conversent cette langue d'où s'échappent soupirs et sensuels soubresauts qui font de cette musique une fusion de passion et de peine. Maria Dolores avait, quant à elle, juré de ne plus jamais chanter le tango ! Alors est-ce l'écho du souvenir ou l'appel irrésistible du bandonéon qui a réveillé en elle le sang de cette musique qui coule dans ses veines ? Ou bien encore l'ombre de cette vieille tante argentine qui l'a éduquée et qui plane au-dessus d'elle en permanence ? D'airs susurrés, en milongas des exilés, on avance sur les trottoirs de Buenos Aires, entre la poésie vivante et les colères effervescentes d'une femme qui fume en rêvant, d'un orchestre qui rêve en jouant…